menu

Biographie Sidi Ali Menoun (+-1387-1450)

Sidi Ali Menoune a étudié à Meknès avec l’un des plus grands savants de son époque, Abi Al Hassane Ali Ben Omar. Il poursuit ensuite ses études à Fez auprès de Hectadeb Ibn Ghazi. Son professeur était réputé pour son travail de traduction de nombreux livres (cfr. " Jadwat Al Aktibass "). C’est à Fez que Sidi Ali Menoun eut l’occasion de fréquenter et d’intégrer le milieu des hauts intellectuels.

Certains savants de l’époque nommaient Sidi Ali Menoun par ces qualificatifs : "Le Professeur", "Le Savant", "L'ORATEUR", "Le Sage des Sages de Meknassa Zaïtoun". Il était doté d’une générosité et d’une intelligence légendaires. Il avait aussi une connaissance parfaite de la langue arabe (calligraphie, orthographe, grammaire et conjugaison), mais également du Saint Coran qu’il récitait par cœur. Le Saint Coran n’avait d’ailleurs aucun secret pour lui : il était en mesure de l’expliquer entièrement.

Sidi Ali Menoun était un grand professeur de son époque, notamment à l’Institut Al-Hitoune. Ibn Ghazia était fier de le compter parmi ses professeurs meknessi. Il enseignait également à la Grande Mosquée, à droite de l’entrée à la première porte Al-Kassaria et en face de la porte de l’école Al-Fila-Iyia.

Plusieurs de ses élèves sont devenus par la suite eux-mêmes professeurs grâce à son enseignement. Les futurs élèves venaient spécialement pour recevoir l'enseignement du "Sage de la ville de Meknès".

C’était un homme d’une telle grandeur qu’il a inspiré des poèmes écrits par de nombreux savants et le juge de Meknès. Le Sultan Al-Merini Abdelhak Ibn Abi Saïd éprouvait une admiration et un respect profonds à son égard. Celui-ci a émis deux décrets (« dahéreïne ») sur Menoune dans laquelle il décrit avec précision la position de Sidi Ali Menoun dans la société meknessi de l’époque. Il lui a fait cadeau de deux terrains dans les régions Whadi Wislain, non loin de Meknès, nouvelle ville actuelle (années 849/852 de l'Hégire, v. les deux annexes n°2/3 des Titres de propriétés).

Sidi Ali Menoun résidait l’intérieur de la ville de Meknès, dans le quartier Al-Kourja (quartier andalou de Meknès). La porte d’Al-Kourja existait avant les travaux effectués dans la ville à l’époque ismaïlienne. Plus tard, elle fut détruite afin d’agrandir la place Al Kasba Al-Ismaïlia. La porte Abelrazak fut alors construite au Nord au bas de la montée Aziadi. C’est par cet endroit que Sidi Ali Menoun traversait pour rejoindre le jardin Al-Houboule.

Différentes sources indiquent que Sidi Ali Menoun est décédé entre H854 et H870. La véritable année de sa mort est H854 (1450) (v. "Athaf Aalam Annass" p.452). Autour de son tombeau a été construite une mosquée dans laquelle la famille peut se recueillir.

Tout le savoir de notre ancêtre est encore de nos jours conservé à la Bibliothèque Générale de Rabat, enregistré sous le n°1671.

Parmi d'autres de nos ancêtres, peut être cité entre autres AlHussein Ben Altahar Ben Altouhami Al-Manouni. Ce dernier s'est occupé du patrimoine familial ("alhouboussia"). Il fut responsable de propriété Algina, se situant à Ibn Moussa, aux alentours de Meknès (en bas de la source d’Aïn Dardoura - 20 Muharram H1230), plus connu sous le nom des Jardins Al-Oubid ("Ginan Al-Oubid"). Cette propriété comptait de nombreux moulins. Lors de la récolte des champs, 10 jeunes travaillaient : 1/3 de leur temps était consacré à la lecture et l’étude du Saint Coran (matin et soir dans le mausolée) tandis que les 2/3 restants étaient réservés aux différentes rénovations : la source (qui se trouve à la porte de Darrieh) ainsi que tout ce que le mausolée et les moulins demandent comme rénovations (tapis, maintenance, etc.).

Le premier responsable de la gestion des biens familiaux était le fils du frère Monsieur AlMehdi Ben Mohammed, par décret du 15 Shabaan 1232. Par après, cette responsabilité fut déléguée au fil du temps, jusqu'au début de l'année 1354. C'est alors qu' Abdelmalek Ben Abdelsalam Ben Abdelrahmane Al-Manouni, encore vivant, a repris le relais (v. annexe n°4/5/6/7/8).

Avant Menoune :

D'après les textes d'Ibn Ghazi et ceux après lui, l'origine d'Abi Alhassane Ben Menoune vient de la branche Saïd Kassem Ben Almaoula Idriss Athani. C’est à partir de là que débute l’arbre généalogique à travers Saïd Al-Kassem, les honorés Menouni, fils de Sidi Ali Menoune (ville de Meknès). Le décret Al-Mohammadi émis par le Sultan Al-Allaoui Mohammed Ben Abdallah ben Ismaïl stipule que la famille Menouni est la 15ème famille la plus importante dans les familles notables de l'époque.

Source Mly Asharif Mohammed Menouni

Traduction Menouni Abdelhak

© Copyright Menouni.com 2005